Association ALAMAN pour le Soutien des Diabétiques (Safi) MAROC

Association ALAMAN pour le Soutien des Diabétiques (Safi) MAROC

Rapport sur la situation socio-économique Et éducative des enfants diabétiques Recensés à Safi et Région

1°) Enfants  Diabétiques en chiffre :

            70.000 enfants, de part le monde, sont atteints chaque année par la maladie du diabète.

                    Au Maroc, leur nombre exact demeure encore inconnu.

En effet, seuls sont recensés les enfants diabétiques fréquentant les centres hospitaliers de l’état.

                     A Safi, 200 enfants sont inscrits et pris en charge par les services de soins de l’hôpital Med V. les autres petits patients suivent leur traitement dans les services privé.

 

2°) Cause et conséquences de cette maladie chronique

                     Plusieurs facteurs sont à l’origine de cette maladie grave. Principalement on trouve : l’hérédité, un environnement malsain, un système alimentaire mal équilibré ….

                     Si l’enfant diabétique n’est pas diagnostiqué dès son plus jeune âge, il peut en mourir ou être atteint de complications cérébrales importantes. D’autres maladies guettent ces petits patients tout au long de leur vie, lesquelles peuvent nuire  dangereusement à leurs organes vitaux tels que : le cœur, les nerfs, les yeux, l’amputation du pied ou de la jambe.

                   Conséquence : Constamment exposés aux risques si un traitement en insuline ne leur est pas assuré quotidiennement.

 

3°) Dépistage du diabète

                  Maladie silencieuse, le diabète n’est pas souvent découvert à temps ni par les parents ni par le médecin traitant. Il faut attendre que les symptômes les plus révélateurs, comme la soif et la fatigue intenses, apparaissent pour réagir.

 

4°) Type de diabète juvénile

                 L’enfant est concerné essentiellement par le diabète de type1, appelé également, insulinodépendant. Il résulte de l’arrêt de la sécrétion d’insuline, hormone qui régule le taux de sucre dans le sang. Ce type de diabète doit être  impérativement traité par des injections d’insuline et cela quotidiennement.

 

5°) Répartition des enfants diabétiques selon le sexe et le lieu de résidence

                200 enfants sont inscrits à l’hôpital Med V :

 93 garçons et 107 filles ; leurs âge varie entre 01 et 15 ans.

Catégorie

Nombre

Urbanistes

Ruraux

Garçons

93

44

49

filles

107

44

63

 

 

v A peu près, il y autant de garçon atteints  que de filles.

v Les diabétiques résident en milieu rural sont nettement en grand nombre en raison du niveau de vie très modeste de cette catégorie.

 

6°) Le diabète et l’âge des enfants

 

 Age

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

Garçons

*

10%

*

*

*

10%

*

10%

20%

20%

1%

20%

Filles

20%

13%

7%

7%

7%

7%

12%

12%

*

*

*

20%

 

    Nous constatons que l’enfant peut être atteint du diabète dès son plus jeune âge. 

 

7°) Pourcentage des enfants diabétiques scolarités

 

Catégorie

Enseignement Primaire

Enseignement Collégial

Garçons

8%

22%

Filles

27%

15%

 

8°)  Le plan d’urgence de l’éducation et les enfants diabétiques

              La convention des droits de l’enfant stipule dans l’un de ses articles que « l’enfant a droit à une éducation qui doit être gratuite et obligatoire au moins aux niveau alimentaire ».

              Le plan d’urgence de l’éducation pour la période 2009-2012 prévoit une série de mesures entre autres :

-         L’école obligatoire jusqu’à l’âge de 15 ans.

-         La réduction de l’abandon scolaire.

-         La lutte contre le redoublement.

Malheureusement, nous constatons que le programme d’urgence de l’éducation ne prévoit aucune mesure au profit des enfants diabétiques scolarisés. Fragiles physiquement et moralement, ils ont besoin, pour avoir toutes les chances de réussir, d’un encadrement pédagogique et sanitaire spécifiques. Sans cela leur décrochage scolaire et leur redoublement vont certainement s’accroitre d’une année à une autre et par conséquent, la réussite du programme d’urgence de l’éducation risquerait de ne pas être complète ; Le tableau suivant nous donne une idée sur l’abandon scolaire des enfants diabétiques dans les établissements de Safi et Région :

 

Catégorie

Enseignement Primaire

Enseignement Collégial

Garçons

3%

10%

Filles

4%

11%

 

 

-         L’absentéisme et le décrochage scolaire de cette catégorie de patients sont dus principalement à leur état de santé qui exige chaque jour des injections d’insuline.

 

 

 

 

9°) Profession des parents des enfants diabétiques

 

Catégorie

Ouvriers journaliers salariés

Activités libres

Retraités

Sans emploi

Père(s)

27%

37%

10%

26%

Mère(s)

0%

12%

0%

88%

 

          Le revenu salarial de ces familles suffit à peine à satisfaire aux besoins de la vie quotidienne ; c’est pourquoi ces familles sont incapables de se procurer financièrement et d’une manière régulière le traitement indispensable.

          D’autre part, l’ignorance et l’analphabétisme qui sévissent dans le milieu rural font en sorte que cette catégorie de parents prennent  à la légère cette maladie redoutable.

 

10°) Niveau scolaire des parents

 

Catégorie

Niveau Primaire

Niveau Collège

Niveau Lycée

Non Scolarisé

Pères

30%

35%

24%

11%

Mères

14%

11%

2%

7%

 

           Chaque fois que l’occasion le permet, nous tenons à sensibiliser les parents et à leur faire comprendre que le suivi de santé de leurs petits relève aussi de leur responsabilité.

           Malgré quelques réticences de leur part nous leur expliquons :

-         Comment mesurer le taux de sucre dans le sang en manipulant les appareils destinés à cet effet.

-         Comment remplir le livret de suivi

-         Comment injecter l’insuline sans dépasser la dose prescrite

 Nous leur fournissons aussi quelques renseignements sur  le régime propre aux diabétiques, sur les activités sportives qu’ils peuvent pratiquer sans grand danger.

 

11°) La couverture médicale : Loi N° : 65-00

                    La couverture médicale de base a pris corps, au  niveau législatif en novembre 2002. Elle a pour objectif d’élargir l’accès des populations défavorisées aux soins de la santé de base ; elle a été publiée dans le bulletin officiel du 21/11/2002. Cette loi stipule dans son préambule : « A cet effet, l’une des priorités de l’état en matière de santé est d’assurer à toute la population l’égalité et l’équité dans l’accès aux soins. »

 

Catégorie

Avec couverture médicale

Sans couverture médicale

Garçons

55%

45%

Filles

16%

84%

 

 

           Malgré le plan d’ajustement structurel et la couverture  médicale obligatoire, la situation sanitaire des enfants diabétiques ne cesse d’empirer pour des raisons socio-économiques déjà évoquées. Le nombre de fille ne bénéficiant pas de couverture médicale est vraiment alarmant.

           Ceci aura certainement de mauvaises répercussions sur leur avenir socio-professionnel.

            Un enfant  diabétique issu d’une famille modeste a besoin mensuellement pour subsister :

Dépenses mensuelles d’un enfant diabétique

Prix en DHS

Insuline (lente et rapide)

392.00

Appareil pour mesurer le taux du sucre

250.00

Bandelettes et lancettes

490.00

Aiguilles d’injection

180.00

Visites médicales régulières

   46.00

TOTAL

1108.00

 

12°) Fréquence forcée annuelle de l’hôpital et uniquement en cas d’urgence

               Nous remarquons que l’enfant diabétique, qui ne dispose pas d’insuline et du matériel accompagnateur, n’est pas assidu à l’école et dans son travail. Les malaises terribles qui le terrassent et qui le font sombrer dans le coma en sont la cause.

               Pour être sauvé, une hospitalisation de 4 jours est indispensable.  Dans ce cas, nous n’avons qu’à imaginer le désarroi  de sa famille démunie et sans ressources qui doit le transporter à l’hôpital pour y recevoir les soins appropriés.

 

Année Scolaire 2008 - 2009

Mois

Sept

Oct

Nov

Déc

Janv

Fév

Mars

Avril

Mai

Juin

Nbre de Garçons

1

1

2

1

0

1

0

0

2

0

Nbre de filles

2

0

2

0

0

1

1

0

1

0

 

                Nous sommes tout à fait conscients des répercussions négatives de cette maladie sur le comportement physique et moral de ces petits enfants diabétiques.

Répercussions dont les conséquences se traduisent par le repli sur soi, par le rejet de l’autre et même par le refus de poursuivre le traitement.

                Nous, en tant que citoyens ou membres influants dans une société civile nous devons  mobiliser nos ressources et redonner espoir à ces malheureux. Nous devons les aider moralement et matérialement, les encourager à être plus responsables.

 

                                                                              Abdelhak ZOUINE

                                                                               Président de l'association ALAMAN

                                                                                 pour le Soutien des Diabétiques

                                                                                    SAFI - MAROC -



30/06/2010
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 408 autres membres